Ignorer les commandes du Ruban Passer au contenu principal
Tarn.fr > Fr > Culture, Sport et Loisirs > Patrimoine > Le Palais de la Berbie

Le Palais de la Berbie



Le Palais de la Berbie, l'un des plus anciens ensembles épiscopaux de France, après Avignon. Lieu d'exposition de la célèbre collection du peintre Toulouse-Lautrec, l'une des plus importantes collections publiques au monde.

Depuis le 31 juillet 2010, Albi, la Cité épiscopale se classe parmi les 911 hauts lieux du patrimoine naturel et culturel de l'Humanité.
 
 

Un peu d’histoire

Symbole de la puissance des évêques d’Albi, le Palais épiscopal, édifié au XIIIe  siècle, jouxte la cathédrale Sainte-Cécile et domine les rives du Tarn. Cette étonnante forteresse porte le nom de Palais de la Berbie, déformation du mot occitan qui signifie évêché.
Décidée par l’évêque Durand de Beaucaire (1228 - 1254), la construction est poursuivie par Bernard de Combret (1254-1271). Ouvrage civil par son architecture militaire et religieux par sa fonction, le palais initial prend la forme d’un imposant donjon de briques flanqué de quatre tours d’angle. L’évêque Bernard de Castanet (1277 - 1308), qui dispose d’importantes ressources prélevées sur la dîme des paroisses récupérées au moment de la Croisade, lui donne l’ampleur et la monumentalité qu’on lui connaît aujourd’hui. Il assoit aussi son pouvoir grâce à l’Inquisition. Le Palais est agrandi par l’adjonction d’un second donjon (le donjon
Saint-Michel) et d’une vaste aile rectangulaire (aile des Suffragants) munie de puissantes murailles. Elle abrite la chapelle Notre-Dame. Le Palais prend ainsi des allures de forteresse qui, par sa masse imposante et sa position dominante, affermit le pouvoir épiscopal sur celui de la ville aux mains des Consuls.
À côté de la Berbie, Bernard de Castanet met en chantier la construction d’une nouvelle cathédrale dont la puissance de son architecture de briques et l’élancement du style gothique apportent une cohérence urbaine à la cité épiscopale.
 
 

10 ans de travaux

Dans le prolongement des études engagées dès 1989, la commune d’Albi et le Département du Tarn, réunis dans un syndicat mixte de réaménagement du musée, arrêtent un programme sans précédent de restauration du Palais. Le vaste chantier est confié à la société d’économie mixte pour le développement et l’aménagement du Tarn (SEM 81). La restructuration du Palais de la Berbie a permis la mise en valeur des salles basses insalubres et inexploitées, de salons classés dégradés, de salles d’exposition dans les niveaux supérieurs, l’installation d’un ascenseur permettant une utilisation fonctionnelle de tous les étages du Palais dans une de ses parties les plus sensibles : la galerie du Lude, juste à côté des grands salons classés de l’aile Choiseul. Elle a également été l’occasion de découvertes remarquables : pavements du XIIIe siècle dans l’aile des Suffragants et le donjon Saint Michel, décors peints de la galerie d’Amboise (galerie Renaissance...).
Le Palais de la Berbie, après de nombreuses découvertes archéologiques, une restructuration complète des bâtiments et un agencement muséographique totalement renouvelé, a ouvert au public en avril 2012.
 

Propriété du Département depuis deux siècles

Par décret impérial, Napoléon transfère aux Départements la pleine propriété des édifices et bâtiments nationaux occupés par le service de l’administration. Ainsi le Palais de la Berbie, qui héberge également la préfecture jusqu’en 1823, le tribunal civil, la cour criminelle, le tribunal de commerce et les archives, est donné officiellement au Département du Tarn le 29 mai 1811. Le Département du Tarn accorde la jouissance de ce bâtiment à la ville d’Albi. Il devient le cadre inattendu des œuvres d’Henri de Toulouse-Lautrec.
Inauguré en 1922 autour de la généreuse donation des parents du peintre, le musée qu’il abrite, conserve aujourd’hui un très grand nombre des œuvres majeures de l’artiste. Le Palais de la Berbie est ainsi l’unique musée au monde consacré à Henri de Toulouse-Lautrec.
 

Lien utile

Musée Toulouse-Lautrec
Tél: 05 63 49 48 70
Courriel : conservation@museetoulouselautrec.com
Site internet : www.museetoulouselautrec.net